Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 90

VU CAO DAM (1908-2000). Tête de jeune

ARTS DU XXE SIECLE
11.04.2021
Schätzpreis
20.000 € - 30.000 €
ca. 23.801 $ - 35.702 $
Zuschlagspreis:
52.000 €
ca. 61.884 $
Auktionsarchiv: Los-Nr. 90

VU CAO DAM (1908-2000). Tête de jeune

ARTS DU XXE SIECLE
11.04.2021
Schätzpreis
20.000 € - 30.000 €
ca. 23.801 $ - 35.702 $
Zuschlagspreis:
52.000 €
ca. 61.884 $
Beschreibung:

VU CAO DAM (1908-2000). Tête de jeune femme. Terre cuite patinée signée à l'encre sur la chevelure dans la nuque (traces de polychromie). Haut. : 21 cm - Larg. : 12 cm - Prof. : 12 cm Socle en bois d'origine. Vu Cao Dam nait le 8 janvier 1908 à Hanoï, la capitale du Tonkin. Il grandit au sein d’une famille convertie au catholicisme depuis le XVIIIe siècle et son père, qui parle admirablement bien français, est envoyé à Paris lors de l’Exposition Universelle de 1889. Ce dernier fonde et dirige l’École des interprètes de Hanoï qui forme les mandarins du régime colonial. C’est donc au sein de cet univers privilégié, où la calligraphie chinoise imprègne le quotidien, qu’évolue Vu Cao Dam. En 1926 il intègre la deuxième promotion de l’École des Beaux-Arts d’Hanoï alors dirigée par le peintre Victor Tardieu. Il y côtoie Mai Trung Thu, Nguyen Phan Chanh, Le Pho et apprend les techniques académiques occidentales grâce aux leçons de décoration du peintre Joseph Inguimberty ou d’anatomie du Docteur Phénix. Son aisance dans le modelé est rapidement remarquée par Victor Tardieu qui l’encourage à intégrer la toute nouvelle section « sculpture » de l’école et n’hésite pas à l’envoyer à Paris où il expose ses œuvres en bronze au Pavillon d’Angkor lors de l’Exposition coloniale Internationale de 1931. Après des études à l’École du Louvre où il admire les primitifs italiens mais aussi les apports des peintres impressionnistes et post-impressionnistes, il découvre les œuvres de Rodin, Charles Despiau ou Giacometti. Les réquisitions en bronze de la Seconde guerre mondiale poussent le jeune artiste à utiliser d’autres matériaux comme la terre cuite qu’il façonne avec beaucoup de sensibilité. C’est à cette époque qu’il produit ses plus belles pièces, qu’il qualifie « d’œuvres uniques ». En figeant dans la glaise la silhouette gracile des tonkinoises il crée un lien profond entre les dames de cour chinoises de l’époque Tang et les vierges à l’Enfant de la culture européenne. Les traces de modelage laissées saillantes trahissent la modernité de l’acte créatif alors que les rehauts de couleurs soulignent la finesse et la sérénité du visage. Ces bustes se transforment alors en allégorie du Tonkin, où tradition et modernité s’affrontent paisiblement. En 1946, Vu Cao Dam est l’artiste vietnamien le plus en vue de Paris. Il profite de sa notoriété pour rencontrer Ho Chi Minh alors président de la nouvelle République et fige pour l’Histoire la nouvelle figure du Vietnam.

Auktionsarchiv: Los-Nr. 90
Auktion:
Datum:
11.04.2021
Auktionshaus:
Guillaume Le Floc'h
30 avenue Théophile Gautier
75016 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 48788106
Beschreibung:

VU CAO DAM (1908-2000). Tête de jeune femme. Terre cuite patinée signée à l'encre sur la chevelure dans la nuque (traces de polychromie). Haut. : 21 cm - Larg. : 12 cm - Prof. : 12 cm Socle en bois d'origine. Vu Cao Dam nait le 8 janvier 1908 à Hanoï, la capitale du Tonkin. Il grandit au sein d’une famille convertie au catholicisme depuis le XVIIIe siècle et son père, qui parle admirablement bien français, est envoyé à Paris lors de l’Exposition Universelle de 1889. Ce dernier fonde et dirige l’École des interprètes de Hanoï qui forme les mandarins du régime colonial. C’est donc au sein de cet univers privilégié, où la calligraphie chinoise imprègne le quotidien, qu’évolue Vu Cao Dam. En 1926 il intègre la deuxième promotion de l’École des Beaux-Arts d’Hanoï alors dirigée par le peintre Victor Tardieu. Il y côtoie Mai Trung Thu, Nguyen Phan Chanh, Le Pho et apprend les techniques académiques occidentales grâce aux leçons de décoration du peintre Joseph Inguimberty ou d’anatomie du Docteur Phénix. Son aisance dans le modelé est rapidement remarquée par Victor Tardieu qui l’encourage à intégrer la toute nouvelle section « sculpture » de l’école et n’hésite pas à l’envoyer à Paris où il expose ses œuvres en bronze au Pavillon d’Angkor lors de l’Exposition coloniale Internationale de 1931. Après des études à l’École du Louvre où il admire les primitifs italiens mais aussi les apports des peintres impressionnistes et post-impressionnistes, il découvre les œuvres de Rodin, Charles Despiau ou Giacometti. Les réquisitions en bronze de la Seconde guerre mondiale poussent le jeune artiste à utiliser d’autres matériaux comme la terre cuite qu’il façonne avec beaucoup de sensibilité. C’est à cette époque qu’il produit ses plus belles pièces, qu’il qualifie « d’œuvres uniques ». En figeant dans la glaise la silhouette gracile des tonkinoises il crée un lien profond entre les dames de cour chinoises de l’époque Tang et les vierges à l’Enfant de la culture européenne. Les traces de modelage laissées saillantes trahissent la modernité de l’acte créatif alors que les rehauts de couleurs soulignent la finesse et la sérénité du visage. Ces bustes se transforment alors en allégorie du Tonkin, où tradition et modernité s’affrontent paisiblement. En 1946, Vu Cao Dam est l’artiste vietnamien le plus en vue de Paris. Il profite de sa notoriété pour rencontrer Ho Chi Minh alors président de la nouvelle République et fige pour l’Histoire la nouvelle figure du Vietnam.

Auktionsarchiv: Los-Nr. 90
Auktion:
Datum:
11.04.2021
Auktionshaus:
Guillaume Le Floc'h
30 avenue Théophile Gautier
75016 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 48788106
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen