Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 117

René MAGRITTE (1898-1967) FEUILLE ET ARBRE

Schätzpreis
0 €
Zuschlagspreis:
65.250 €
ca. 91.457 $
Auktionsarchiv: Los-Nr. 117

René MAGRITTE (1898-1967) FEUILLE ET ARBRE

Schätzpreis
0 €
Zuschlagspreis:
65.250 €
ca. 91.457 $
Beschreibung:

René MAGRITTE (1898-1967) FEUILLE ET ARBRE Dessin à la mine de plomb sur papier signé en bas à gauche, inscription "avec les compliments de René Magritte" au dos Hauteur : 29,80 Largeur : 24,10 cm Provenance : Collection particulière, Paris Commentaire : Un certificat du Comité Magritte sera remis à l'acquéreur René Magritte nait en 1898 en Belgique. Des 1925, il se rapproche des surréalistes belges comme E.L.T Mesens, Camille Goemans ou encore Paul Nougé Pour Magritte, le surréalisme est révolutionnaire car il est l'ennemi irréductible de toutes les valeurs idéologiques bourgeoises. Magritte va introduire très tôt dans sa peinture des objets du quotidien la ou nous ne les rencontrons jamais. Les objets doivent être disposes dans un ordre nouveau et acquérir un sens bouleversant. Le dessin Feuille et Arbre propose ici est sans doute une étude pour le tableau Le dernier cri exécute en 1967. L'arbre et la feuille sont des éléments récurrents dans l'œuvre de Magritte. Ainsi dans La Géante c'est une grande feuille dont la tige s'enracine dans le sol et prend la place de l'arbre. Dans notre dessin c'est la feuille qui contient l'arbre sur ce qui semblerait être l'écorce de ce dernier. Les titres chez Magritte, comme Le dernier cri, sont selon Paul Nougé une commodité pour la conversation et ne sont pas des explications. Les titres sont choisis de telle façon qu'ils empêchent de situer les tableaux dans une région familière. Pour Magritte, l'œuvre d'art touche au mystère, et ce mystère est la vérité, soustraite au regard par des phénomènes de surface. Il dit, lors de sa conférence au Musée Royal des Beaux-arts a Anvers en 1938 : "Quant au mystère, a l'énigme que mes tableaux étaient, je dirai que c'était la meilleure preuve de ma rupture avec l'ensemble des absurdes habitudes mentales qui tiennent généralement lieu d'un authentique sentiment de l'existence." Exécuté en 1967, Le dernier cri dont nous proposons ici l'étude a été exécuté l'année de la mort du peintre et montre la persistance avec laquelle il a cherche à questionner le sens des images.

Auktionsarchiv: Los-Nr. 117
Auktion:
Datum:
30.06.2009
Auktionshaus:
Artcurial
7, rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 42992020
Beschreibung:

René MAGRITTE (1898-1967) FEUILLE ET ARBRE Dessin à la mine de plomb sur papier signé en bas à gauche, inscription "avec les compliments de René Magritte" au dos Hauteur : 29,80 Largeur : 24,10 cm Provenance : Collection particulière, Paris Commentaire : Un certificat du Comité Magritte sera remis à l'acquéreur René Magritte nait en 1898 en Belgique. Des 1925, il se rapproche des surréalistes belges comme E.L.T Mesens, Camille Goemans ou encore Paul Nougé Pour Magritte, le surréalisme est révolutionnaire car il est l'ennemi irréductible de toutes les valeurs idéologiques bourgeoises. Magritte va introduire très tôt dans sa peinture des objets du quotidien la ou nous ne les rencontrons jamais. Les objets doivent être disposes dans un ordre nouveau et acquérir un sens bouleversant. Le dessin Feuille et Arbre propose ici est sans doute une étude pour le tableau Le dernier cri exécute en 1967. L'arbre et la feuille sont des éléments récurrents dans l'œuvre de Magritte. Ainsi dans La Géante c'est une grande feuille dont la tige s'enracine dans le sol et prend la place de l'arbre. Dans notre dessin c'est la feuille qui contient l'arbre sur ce qui semblerait être l'écorce de ce dernier. Les titres chez Magritte, comme Le dernier cri, sont selon Paul Nougé une commodité pour la conversation et ne sont pas des explications. Les titres sont choisis de telle façon qu'ils empêchent de situer les tableaux dans une région familière. Pour Magritte, l'œuvre d'art touche au mystère, et ce mystère est la vérité, soustraite au regard par des phénomènes de surface. Il dit, lors de sa conférence au Musée Royal des Beaux-arts a Anvers en 1938 : "Quant au mystère, a l'énigme que mes tableaux étaient, je dirai que c'était la meilleure preuve de ma rupture avec l'ensemble des absurdes habitudes mentales qui tiennent généralement lieu d'un authentique sentiment de l'existence." Exécuté en 1967, Le dernier cri dont nous proposons ici l'étude a été exécuté l'année de la mort du peintre et montre la persistance avec laquelle il a cherche à questionner le sens des images.

Auktionsarchiv: Los-Nr. 117
Auktion:
Datum:
30.06.2009
Auktionshaus:
Artcurial
7, rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 42992020
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen