Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 138

LITTÉRATURE. – Ensemble de 6pièces. CLARETIE...

Schätzpreis:
200 € - 300 €
ca. 224 $ - 336 $
Zuschlagspreis:
260 €
ca. 292 $
Auktionsarchiv: Los-Nr. 138

LITTÉRATURE. – Ensemble de 6pièces. CLARETIE...

Schätzpreis:
200 € - 300 €
ca. 224 $ - 336 $
Zuschlagspreis:
260 €
ca. 292 $
Beschreibung:

LITTÉRATURE. – Ensemble de 6pièces. CLARETIE (Jules). 2 lettres autographes signées. Àl’écrivain Alexandre Piédagnel: « ...Je comptais sur une salle intelligente et sympathique. Je n’ai donné ma pièce [LaFamille des gueux, créée à l’Ambigu-Comique le 26février 1969] que devant un public de gandins et de fi lles à qui la liberté et la libre pensée importent peu... Les amis comme vous sont rares... Je n’ai trouvé de sympathie dévouée que parmi les vieux. Et que vous seriez aimable, à ce propos, d’aller plaider ma cause auprès de notre cher maître Jules Janin...» (s.l., 5mars 1869). – Àune dame: «...Mon ami Henner [le peintre Jean-Jacques Henner] doit me présenter à vous un des plus prochains jours de vos réceptions... et j’aurai l’honneur alors de vous dire que le remerciement que j’espérais de quelque patriote inconnu m’est cent fois plus précieux venant de la noble femme que je respectais depuis si longtemps sans avoir l’honneur de la connaître...» (à une dame, 5février 1976, 1876, état médiocre). – [HUGO (Victor)]. – AUGIER (Émile). Manuscrit signé avec quelques corrections autographes. 1885. Relié en un volume, bradel de percaline verte avec pièce de titre sur le premier plat. Discours prononcé au nom de l’Académie française aux funérailles de Victor Hugo: «... Toute la France est là, cette France dont Victor Hugo restait après nos désastres le plus légitime orgueil et la plus fi ère consolation, car, comme il l’a dit lui-même: «Rien de ces noirs débris ne sort – que toi, pensée, poésie immortelle à tous les vents bercée»... Ce n’est pas à des funérailles que nous assistons, c’est à un sacre...» – LABICHE (Eugène). 3 lettres autographes signées. Au directeur du  éâtre Montansier: «...Dumanoir, Clairville et moi sommes à l’oeuvre. Lapièce est en trois actes très courts, vous aurez le tout dans les premiers jours de mai, peut-être avant. Nous ne pouvons vous envoyer le début avant la fi n. Par la raison que nous avons pris chacun un acte et que notre travail, se faisant simultanément, sera terminé le même jour. Je vous avoue qu’en regardant votre affi che depuis deux jours, il me prend des envies rouges de planter là mon travail. La position inusitée que vous faites à Trompe la balle [vaudeville par Eugène Labiche et Auguste Lefranc, 1849] n’est pas de nature à m’encourager. Il est dur à la 16mereprésentation d’une pièce qui marche bien de se voir détrôner par des pièces plus anciennes, votre théâtre est le plus diffi cile et le plus ingrat des théâtres de genre et vou ne tenez pas assez compte aux acteurs qui s’y consacrent exclusivement. Lesmanchettes [pièce d’Eugène Labiche, Auguste Lefranc et Saint-Yves, 1849] ont obtenu 25représentations et vous arrêtez Trompe la balle à la 16me aux Variétés (théâtre qui ne me doit rien). MmeLarifl a [Madame veuve Larifl a, vaudeville d’Eugène Labiche et Adolphe Choler, 1849] est à sa60me. Morin [directeur du  éâtre des Variétés] me demande des pièces et c’est pour vous que je me vois forcé d’établir ce parallèle...» (s.l., 26avril 1849). – Au comédien Numa Haëring dit Numa, 1857, citant une de ses pièces et annonçant son travail sur une nouvelle oeuvre. –Àun «cher ami», 1874, invitation à un repas où devaient se trouver Augier, Doucet et Legouvé. JOINT, une lettre autographe signée de l’écrivain Édouard Cadot adressée à Eugène Labiche (1869).

Auktionsarchiv: Los-Nr. 138
Auktion:
Datum:
06.04.2019
Auktionshaus:
Osenat Maison de vente aux enchères
9-11 rue Royale
77300 Fontainebleau
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 64222762
Beschreibung:

LITTÉRATURE. – Ensemble de 6pièces. CLARETIE (Jules). 2 lettres autographes signées. Àl’écrivain Alexandre Piédagnel: « ...Je comptais sur une salle intelligente et sympathique. Je n’ai donné ma pièce [LaFamille des gueux, créée à l’Ambigu-Comique le 26février 1969] que devant un public de gandins et de fi lles à qui la liberté et la libre pensée importent peu... Les amis comme vous sont rares... Je n’ai trouvé de sympathie dévouée que parmi les vieux. Et que vous seriez aimable, à ce propos, d’aller plaider ma cause auprès de notre cher maître Jules Janin...» (s.l., 5mars 1869). – Àune dame: «...Mon ami Henner [le peintre Jean-Jacques Henner] doit me présenter à vous un des plus prochains jours de vos réceptions... et j’aurai l’honneur alors de vous dire que le remerciement que j’espérais de quelque patriote inconnu m’est cent fois plus précieux venant de la noble femme que je respectais depuis si longtemps sans avoir l’honneur de la connaître...» (à une dame, 5février 1976, 1876, état médiocre). – [HUGO (Victor)]. – AUGIER (Émile). Manuscrit signé avec quelques corrections autographes. 1885. Relié en un volume, bradel de percaline verte avec pièce de titre sur le premier plat. Discours prononcé au nom de l’Académie française aux funérailles de Victor Hugo: «... Toute la France est là, cette France dont Victor Hugo restait après nos désastres le plus légitime orgueil et la plus fi ère consolation, car, comme il l’a dit lui-même: «Rien de ces noirs débris ne sort – que toi, pensée, poésie immortelle à tous les vents bercée»... Ce n’est pas à des funérailles que nous assistons, c’est à un sacre...» – LABICHE (Eugène). 3 lettres autographes signées. Au directeur du  éâtre Montansier: «...Dumanoir, Clairville et moi sommes à l’oeuvre. Lapièce est en trois actes très courts, vous aurez le tout dans les premiers jours de mai, peut-être avant. Nous ne pouvons vous envoyer le début avant la fi n. Par la raison que nous avons pris chacun un acte et que notre travail, se faisant simultanément, sera terminé le même jour. Je vous avoue qu’en regardant votre affi che depuis deux jours, il me prend des envies rouges de planter là mon travail. La position inusitée que vous faites à Trompe la balle [vaudeville par Eugène Labiche et Auguste Lefranc, 1849] n’est pas de nature à m’encourager. Il est dur à la 16mereprésentation d’une pièce qui marche bien de se voir détrôner par des pièces plus anciennes, votre théâtre est le plus diffi cile et le plus ingrat des théâtres de genre et vou ne tenez pas assez compte aux acteurs qui s’y consacrent exclusivement. Lesmanchettes [pièce d’Eugène Labiche, Auguste Lefranc et Saint-Yves, 1849] ont obtenu 25représentations et vous arrêtez Trompe la balle à la 16me aux Variétés (théâtre qui ne me doit rien). MmeLarifl a [Madame veuve Larifl a, vaudeville d’Eugène Labiche et Adolphe Choler, 1849] est à sa60me. Morin [directeur du  éâtre des Variétés] me demande des pièces et c’est pour vous que je me vois forcé d’établir ce parallèle...» (s.l., 26avril 1849). – Au comédien Numa Haëring dit Numa, 1857, citant une de ses pièces et annonçant son travail sur une nouvelle oeuvre. –Àun «cher ami», 1874, invitation à un repas où devaient se trouver Augier, Doucet et Legouvé. JOINT, une lettre autographe signée de l’écrivain Édouard Cadot adressée à Eugène Labiche (1869).

Auktionsarchiv: Los-Nr. 138
Auktion:
Datum:
06.04.2019
Auktionshaus:
Osenat Maison de vente aux enchères
9-11 rue Royale
77300 Fontainebleau
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 64222762
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen