Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 36

HENRIK NEUGEBOREN dit Henri Nouveau (1901-1959)

Schätzpreis
2.500 € - 3.000 €
ca. 3.415 $ - 4.098 $
Zuschlagspreis:
n. a.
Auktionsarchiv: Los-Nr. 36

HENRIK NEUGEBOREN dit Henri Nouveau (1901-1959)

Schätzpreis
2.500 € - 3.000 €
ca. 3.415 $ - 4.098 $
Zuschlagspreis:
n. a.
Beschreibung:

[MUSIQUE] OEuvres pour Piano, 1934-1946. Cinq Manuscrits et une copie autographes par Henri Neugeboren. - Minima. « Paris, mars 1934 ». Manuscrit autographe signé de 8 pages in-folio. Reproduit dans le supplément de La Revue Musicale , n° 246 (1960). - 8 pièces - ses plus brèves. « Paris, III. 1934 ». Manuscrit autographe signé de 5 pages in-folio. Autre version de Minima. - Six pièces sur des chansons paysannes hongroises. « Paris VI 1939 ». Manuscrit autographe signé de 4 pages in-folio - 3ème Petite Suite. « I-II. 1940 ». Copie autographe signée de 8 pages in-folio, avec l'envoi autographe : « Copie pour E.M.E. Rosé, 18.3.1940. H.N. » . - 2 pièces : Elégie et Valse. « Paris, V. 1940 ». Manuscrit autographe signé de 4 pages in-folio. Dédicace autographe « à Mme E.ME. Rosé ». - Pastorale. Manuscrit autographe d'une page in-folio, signé et daté 11.2.1946. Mélodie établie en correspondance musicale sur le prénom de « Christine » On joint deux partitions de Neugeboren publiées par Leduc (in-4, en feuilles): Quatre pièces sur des thèmes populaires roumains (1930, 11 pp.) et Petite Suite (1930, 15 pp.), exemplaires portant l'ex-dono manuscrit « Rosé ». Henri Nouveau Né le 6 mars 1901 en Transylvanie, Henri Nouveau de son vrai nom Henrik Neugeboren, commence très jeune l'apprentissage de la musique avec sa mère et un de ses oncles, pasteur - toute sa famille vivait encore dans une tradition ouvertement germanique. Son père, architecte, lui donne aussi très tôt accès à des plans de travaux et des chantiers de construction en Hongrie et en Roumanie. Elève au lycée de Budapest, il opte pour la nationalité hongroise et s'établit à Berlin en 1921 afi n de suivre pendant quatre ans les cours de l'Académie de musique. Il enchaîne ensuite sur Paris où il étudie auprès de Nadia Boulanger jusqu'en 1927, avant de retourner à Berlin pour deux ans. En 1928, il est profondément marqué par son séjour à Dessau, occasion pour lui de fréquenter le Bauhaus et de rencontrer Klee et Kandinsky. Henri Nouveau s'installe défi nitivement à Paris en 1929 et n'en bouge qu'exceptionnellement jusqu'à sa mort le 12 janvier 1959. Il se consacre jusqu'au début des années quarante à la composition musicale, tout en développant sa technique picturale. Depuis ses premiers collages et montages photographiques des années vingt jusqu'à ses grands dessins abstraits, proches du surréalisme, de sa maturité, il poursuit l'approfondissement de ses deux grandes passions : ses oeuvres de musique de chambre sont exécutées à la Société de Musique Indépendante et retransmises à la radio (1930-1936), ses tableaux sont exposés au Salon des Réalités Nouvelles dès 1946, année de sa fondation. Une manifestation forte de son esprit aussi novateur que synthétique se concrétise dans sa « Fugue de Bach représentée dans l'espace » qui donne lieu à une sculpture saisissante, initiée dès son séjour au Bauhaus en 1929 et reproduite dans le numéro spécial de la Revue Musicale (1960). Son directeur, Albert Richard, écrit à cette occasion que « Henrik Neugeboren, musicien, peintre et penseur, laisse une oeuvre qui porte un message, une force, force de l'équilibre, présence de la logique, affi rmation d'un monde continu de la pensée. ». Une première grande exposition lui est d'ailleurs dédiée en 1960 à la Galerie de France. Nouveau - qui conserve le nom de Neugeboren en tant que compositeur - a noué dès les années vingt un fort lien d'amitié avec Eleanor Mary Estelle (E.M.E.) Rosé, parente d'Arnold Rosé, fondateur du fameux quatuor qui a créé au début du vingtième siècle les oeuvres les plus novatrices de l'Ecole de Vienne, la Nuit transfi gurée, les Quatuors opus 7 et opus 10 et la Symphonie de chambre opus 9 de Schönberg, les Cinq Mouvements opus 5 de Webern et le Quatuor no 2 de Zemlinsky. Leur passionnante correspondance d'érudits en exil fait souvent référence à leurs goûts musicaux, littéraires et picturaux mais aussi, bien entendu, aux diffi cultés de la guerre et aux problèmes psycholog

Auktionsarchiv: Los-Nr. 36
Auktion:
Datum:
19.11.2010
Auktionshaus:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Beschreibung:

[MUSIQUE] OEuvres pour Piano, 1934-1946. Cinq Manuscrits et une copie autographes par Henri Neugeboren. - Minima. « Paris, mars 1934 ». Manuscrit autographe signé de 8 pages in-folio. Reproduit dans le supplément de La Revue Musicale , n° 246 (1960). - 8 pièces - ses plus brèves. « Paris, III. 1934 ». Manuscrit autographe signé de 5 pages in-folio. Autre version de Minima. - Six pièces sur des chansons paysannes hongroises. « Paris VI 1939 ». Manuscrit autographe signé de 4 pages in-folio - 3ème Petite Suite. « I-II. 1940 ». Copie autographe signée de 8 pages in-folio, avec l'envoi autographe : « Copie pour E.M.E. Rosé, 18.3.1940. H.N. » . - 2 pièces : Elégie et Valse. « Paris, V. 1940 ». Manuscrit autographe signé de 4 pages in-folio. Dédicace autographe « à Mme E.ME. Rosé ». - Pastorale. Manuscrit autographe d'une page in-folio, signé et daté 11.2.1946. Mélodie établie en correspondance musicale sur le prénom de « Christine » On joint deux partitions de Neugeboren publiées par Leduc (in-4, en feuilles): Quatre pièces sur des thèmes populaires roumains (1930, 11 pp.) et Petite Suite (1930, 15 pp.), exemplaires portant l'ex-dono manuscrit « Rosé ». Henri Nouveau Né le 6 mars 1901 en Transylvanie, Henri Nouveau de son vrai nom Henrik Neugeboren, commence très jeune l'apprentissage de la musique avec sa mère et un de ses oncles, pasteur - toute sa famille vivait encore dans une tradition ouvertement germanique. Son père, architecte, lui donne aussi très tôt accès à des plans de travaux et des chantiers de construction en Hongrie et en Roumanie. Elève au lycée de Budapest, il opte pour la nationalité hongroise et s'établit à Berlin en 1921 afi n de suivre pendant quatre ans les cours de l'Académie de musique. Il enchaîne ensuite sur Paris où il étudie auprès de Nadia Boulanger jusqu'en 1927, avant de retourner à Berlin pour deux ans. En 1928, il est profondément marqué par son séjour à Dessau, occasion pour lui de fréquenter le Bauhaus et de rencontrer Klee et Kandinsky. Henri Nouveau s'installe défi nitivement à Paris en 1929 et n'en bouge qu'exceptionnellement jusqu'à sa mort le 12 janvier 1959. Il se consacre jusqu'au début des années quarante à la composition musicale, tout en développant sa technique picturale. Depuis ses premiers collages et montages photographiques des années vingt jusqu'à ses grands dessins abstraits, proches du surréalisme, de sa maturité, il poursuit l'approfondissement de ses deux grandes passions : ses oeuvres de musique de chambre sont exécutées à la Société de Musique Indépendante et retransmises à la radio (1930-1936), ses tableaux sont exposés au Salon des Réalités Nouvelles dès 1946, année de sa fondation. Une manifestation forte de son esprit aussi novateur que synthétique se concrétise dans sa « Fugue de Bach représentée dans l'espace » qui donne lieu à une sculpture saisissante, initiée dès son séjour au Bauhaus en 1929 et reproduite dans le numéro spécial de la Revue Musicale (1960). Son directeur, Albert Richard, écrit à cette occasion que « Henrik Neugeboren, musicien, peintre et penseur, laisse une oeuvre qui porte un message, une force, force de l'équilibre, présence de la logique, affi rmation d'un monde continu de la pensée. ». Une première grande exposition lui est d'ailleurs dédiée en 1960 à la Galerie de France. Nouveau - qui conserve le nom de Neugeboren en tant que compositeur - a noué dès les années vingt un fort lien d'amitié avec Eleanor Mary Estelle (E.M.E.) Rosé, parente d'Arnold Rosé, fondateur du fameux quatuor qui a créé au début du vingtième siècle les oeuvres les plus novatrices de l'Ecole de Vienne, la Nuit transfi gurée, les Quatuors opus 7 et opus 10 et la Symphonie de chambre opus 9 de Schönberg, les Cinq Mouvements opus 5 de Webern et le Quatuor no 2 de Zemlinsky. Leur passionnante correspondance d'érudits en exil fait souvent référence à leurs goûts musicaux, littéraires et picturaux mais aussi, bien entendu, aux diffi cultés de la guerre et aux problèmes psycholog

Auktionsarchiv: Los-Nr. 36
Auktion:
Datum:
19.11.2010
Auktionshaus:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen