Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 127

GROUPE D'UN RETABLE EN CHÊNE SCULPTÉ, FLANDRES, ANVERS, VERS 1500-1515 Scène de la Passion du Christ représentant le partage des vêtements de Jésus

Schätzpreis
0 €
Zuschlagspreis:
72.160 €
ca. 75.107 $
Auktionsarchiv: Los-Nr. 127

GROUPE D'UN RETABLE EN CHÊNE SCULPTÉ, FLANDRES, ANVERS, VERS 1500-1515 Scène de la Passion du Christ représentant le partage des vêtements de Jésus

Schätzpreis
0 €
Zuschlagspreis:
72.160 €
ca. 75.107 $
Beschreibung:

GROUPE D'UN RETABLE EN CHÊNE SCULPTÉ, FLANDRES, ANVERS, VERS 1500-1515 Scène de la Passion du Christ représentant le partage des vêtements de Jésus Au centre les soldats jouant aux dés la tunique inconsutile du Christ, les pleureuses à droite et d'autres personnages de chaque côté ; gravé de la petite main, emblème de la ville d'Anvers au fer rouge dans le bois à gauche des dès ; reposant sur un socle d'époque postérieure en bois recouvert de velours vert H. : 51 cm (20 in.) l. : 62 cm (26 1/2 in.) P. : 19 cm (7 1/2 in.) Provenance : Collection privée belge. Bibliographie comparative : A. Huysmans ed., " La sculpture des Pays-bas méridionaux et de la Principauté de Liège XVe et XVIe siècles ", 1999. A carved oak group depicting the soldiers divide the Jesus' clothes, Flemish, Antwerp, circa 1500-1515 Notre groupe est non seulement emblématique de la production anversoise certifiée par la marque au fer rouge figurant une petite main détachée, mais également rare car il présente une scène de la Passion du Christ peu représentée dans l'art statuaire. La composition, les costumes élaborés, finement sculptés, la variété des attitudes des personnages sont pareillement remarquables. Il représente un détail de la Crucifixion montrant les soldats jouant aux dés la tunique du Christ. Le récit de Jean concernant le partage des vêtements de Jésus (Jean 19?: versets 23-24) : " Les soldats, quand ils eurent crucifié Jésus, prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique ! Or la tunique était sans couture, tissée tout d'une pièce depuis le haut. Ils dirent donc entre eux : Ne la déchirons pas, mais tirons au sort pour savoir à qui elle sera - afin que soit accomplie l'Écriture?: "Ils ont partagé entre eux mes vêtements, et sur ma robe ils ont jeté le sort". Les soldats donc firent ces choses " (Jean 19 : versets 23-24 ; Ps. 22 : 18). Au Moyen-Âge, la statuaire médiévale connaît son apogée dans les Pays-Bas. Les principaux centres de production de grands retables composés de scènes narratives sur fond architectural étaient Bruxelles, Anvers et Malines. Bruxelles, capitale de l'empire bourguignon a joué un rôle important sur le plan artistique à partir de 1430 et Anvers vers 1500 devient le principal producteur et exportateur de sculptures et de retables. Anvers avec son port devient l'une des plus grandes villes commerciales d'Europe et une plaque tournante pour le commerce des objets d'art et de luxe. Les sculpteurs et peintres anversois appartenaient à la même corporation, la Guilde de Saint Luc, facilitant ainsi leur collaboration. Leur production était rigoureusement réglementée et devait répondre à des exigences sur la qualité du bois et de la polychromie. Deux marques à Anvers existent depuis 1470 garantissant la qualité d'un retable?: une petite main détachée (Handwerpen) gravée sur la tête ou sur le socle de certains personnages imprimée au fer rouge, une marque en creux pour la qualité du bois en chêne (comme elle est présente sur notre groupe) et pour attester la qualité de la polychromie la marque des armes de la ville d'Anvers, un château-fort couronné de deux mains. Le groupe ici présent appartenait à l'origine à un retable représentant les scènes de la Passion du Christ, et comme de nombreux retables ils ont été démantelés et parfois détruits durant les révolutions iconoclastes, la dissolution des monastères et les guerres.

Auktionsarchiv: Los-Nr. 127
Auktion:
Datum:
16.06.2022 - 17.06.2022
Auktionshaus:
Artcurial
7, rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
Frankreich
contact@artcurial.com
+33 (0)1 42992020
Beschreibung:

GROUPE D'UN RETABLE EN CHÊNE SCULPTÉ, FLANDRES, ANVERS, VERS 1500-1515 Scène de la Passion du Christ représentant le partage des vêtements de Jésus Au centre les soldats jouant aux dés la tunique inconsutile du Christ, les pleureuses à droite et d'autres personnages de chaque côté ; gravé de la petite main, emblème de la ville d'Anvers au fer rouge dans le bois à gauche des dès ; reposant sur un socle d'époque postérieure en bois recouvert de velours vert H. : 51 cm (20 in.) l. : 62 cm (26 1/2 in.) P. : 19 cm (7 1/2 in.) Provenance : Collection privée belge. Bibliographie comparative : A. Huysmans ed., " La sculpture des Pays-bas méridionaux et de la Principauté de Liège XVe et XVIe siècles ", 1999. A carved oak group depicting the soldiers divide the Jesus' clothes, Flemish, Antwerp, circa 1500-1515 Notre groupe est non seulement emblématique de la production anversoise certifiée par la marque au fer rouge figurant une petite main détachée, mais également rare car il présente une scène de la Passion du Christ peu représentée dans l'art statuaire. La composition, les costumes élaborés, finement sculptés, la variété des attitudes des personnages sont pareillement remarquables. Il représente un détail de la Crucifixion montrant les soldats jouant aux dés la tunique du Christ. Le récit de Jean concernant le partage des vêtements de Jésus (Jean 19?: versets 23-24) : " Les soldats, quand ils eurent crucifié Jésus, prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique ! Or la tunique était sans couture, tissée tout d'une pièce depuis le haut. Ils dirent donc entre eux : Ne la déchirons pas, mais tirons au sort pour savoir à qui elle sera - afin que soit accomplie l'Écriture?: "Ils ont partagé entre eux mes vêtements, et sur ma robe ils ont jeté le sort". Les soldats donc firent ces choses " (Jean 19 : versets 23-24 ; Ps. 22 : 18). Au Moyen-Âge, la statuaire médiévale connaît son apogée dans les Pays-Bas. Les principaux centres de production de grands retables composés de scènes narratives sur fond architectural étaient Bruxelles, Anvers et Malines. Bruxelles, capitale de l'empire bourguignon a joué un rôle important sur le plan artistique à partir de 1430 et Anvers vers 1500 devient le principal producteur et exportateur de sculptures et de retables. Anvers avec son port devient l'une des plus grandes villes commerciales d'Europe et une plaque tournante pour le commerce des objets d'art et de luxe. Les sculpteurs et peintres anversois appartenaient à la même corporation, la Guilde de Saint Luc, facilitant ainsi leur collaboration. Leur production était rigoureusement réglementée et devait répondre à des exigences sur la qualité du bois et de la polychromie. Deux marques à Anvers existent depuis 1470 garantissant la qualité d'un retable?: une petite main détachée (Handwerpen) gravée sur la tête ou sur le socle de certains personnages imprimée au fer rouge, une marque en creux pour la qualité du bois en chêne (comme elle est présente sur notre groupe) et pour attester la qualité de la polychromie la marque des armes de la ville d'Anvers, un château-fort couronné de deux mains. Le groupe ici présent appartenait à l'origine à un retable représentant les scènes de la Passion du Christ, et comme de nombreux retables ils ont été démantelés et parfois détruits durant les révolutions iconoclastes, la dissolution des monastères et les guerres.

Auktionsarchiv: Los-Nr. 127
Auktion:
Datum:
16.06.2022 - 17.06.2022
Auktionshaus:
Artcurial
7, rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
Frankreich
contact@artcurial.com
+33 (0)1 42992020
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen