Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 31

Eugène LABICHE [et NADAR]. Manuscrit autographe,…

Schätzpreis
5.000 € - 6.000 €
ca. 5.399 $ - 6.479 $
Zuschlagspreis:
7.250 €
ca. 7.829 $
Auktionsarchiv: Los-Nr. 31

Eugène LABICHE [et NADAR]. Manuscrit autographe,…

Schätzpreis
5.000 € - 6.000 €
ca. 5.399 $ - 6.479 $
Zuschlagspreis:
7.250 €
ca. 7.829 $
Beschreibung:

Eugène LABICHE [et NADAR]. Manuscrit autographe, et manuscrit en partie autographe et signé, Voyage en Italie, 1834 ; environ 2100 pages in-12 au crayon en 44 carnets cousus (qqs ff. un peu cornés, un peu salis ou frottés) ; et 2 forts cahiers in-4 reliés de [1]-142-[1] et [2]-135 ff. écrits recto-verso à l’encre (plus qqs ff. vierges), dont 135 pages autographes, avec dessins sur les titres et gardes, rel. dos et coins de peau verte. Important manuscrit en grande partie inédit du journal de voyage du jeune Labiche en Italie, en Sicile et en Suisse, du 26 janvier au 15 août 1834, en double version : carnets de premier jet, et mise au net ornée de quelques dessins, dont un par Nadar, qui a servi aussi de copiste. Gilbert Sigaux en a publié quelques extraits (souvent inexacts) en 1968 dans les OC (t VIII, p. 356-362), avec ce commentaire : « Il ne s’agit pas d’une œuvre littéraire de qualité exceptionnelle […] Labiche n’avait pas dix-neuf ans lorsqu’il prit la plume ; si les lettres (et le théâtre en particulier […]) l’attirent, il n’est pas encore un écrivain. En étudiant consciencieux, il prend la plume chaque jour et note ce qu’il a fait et vu. Pas d’arrangements, pas de recherches d’expression ; une vue lyrique des paysages et des œuvres d’art, une vue souriante, critique, ironique, des êtres ; quelques gaillardises banales ou savoureuses, des croquis, des esquisses ». En 1988, Jean Lambert y a consacré un petit livre, où il donnait divers extraits, Labiche en Italie d’après ses carnets de route, 1834 (Librairie José Corti, Collection romantique n° 15, 1988) : « ce qui donne un grand charme à son récit, c’est la fraîcheur qu’il garde à travers ses aventures, la gentillesse de cœur, la gaieté […] celui qui parle, c’est l’homme, et mieux encore, le jeune homme qu’on vient de lâcher dans le monde, que tout amuse, un jeune homme à l’œil vif et au cœur frais – dans ce pays fabuleux qu’était l’Italie voilà cent cinquante ans ». Nadar, dans L’Hôtellerie des Coquecigrues [voir n° 138], a évoqué ces notes de voyage « remarquablement pittoresques et pleines d’observation », dont il fut en partie le copiste. Ce journal de voyage se présente sous deux versions différentes. Les 43 petits carnets de poche ont été tenus au jour le jour (« travail aux notes » le soir), au crayon, numérotés sur les couvertures de papier bleu-gris 1 à 43 ; quelques carnets sont confectionnés avec du papier bleuté. En outre, un carnet inédit de Notes prises sur les lieux donne des notes du 11 mars 1834 sur la « galerie des Medicis » à Florence : la Sainte Famille de Michel-Ange (tondo Doni), la Vénus couchée du Titien… ; Santa Maria Novella et ses mausolées ; à Rome, églises et fontaines, la Galerie Borghese, le Colisée, thermes de Dioclétien, etc. La mise au net, avec quelques variantes, intitulée Voyage en Italie, à l’encre brune et d’une écriture soignée, dans deux gros cahiers, a probablement été commencée par Labiche durant son voyage, et continuée après son retour à Paris ; Labiche pose la plume pendant la transcription de la journée du 19 avril 1834 (t. I, f° 118) ; la copie est continuée par le futur Nadar (la fin semble d’une autre main), avec quelques corrections autographes de Labiche. La page de titre du tome I, avec le titre calligraphié et la signature E. L. aquarellés, porte également ces inscriptions : « Journal de mon voyage 1834. Je suis parti le 26 janvier 1834 et reviendrai… Dieu sait quand ! » ; sur la garde, quatre petits croquis à la plume (église, tête de moine, deux des voyageurs, tête d’homme à casquette) ; à la fin, croquis à la plume d’un squelette, et dessin à la plume représentant Labiche devant une basilique, et deux croquis au crayon : tête d’homme de profil, et projet de titre-frontispice. Le tome II s’ouvre sur un titre-frontispice dessiné à la plume et lavis d’encre rouge-brun, signé en bas à droite Felix Tournachon [le futur Nadar], représentant trois voyageurs dont Labiche devant une basilique ; un feuillet de titre est aqu

Auktionsarchiv: Los-Nr. 31
Auktion:
Datum:
29.11.2016
Auktionshaus:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Beschreibung:

Eugène LABICHE [et NADAR]. Manuscrit autographe, et manuscrit en partie autographe et signé, Voyage en Italie, 1834 ; environ 2100 pages in-12 au crayon en 44 carnets cousus (qqs ff. un peu cornés, un peu salis ou frottés) ; et 2 forts cahiers in-4 reliés de [1]-142-[1] et [2]-135 ff. écrits recto-verso à l’encre (plus qqs ff. vierges), dont 135 pages autographes, avec dessins sur les titres et gardes, rel. dos et coins de peau verte. Important manuscrit en grande partie inédit du journal de voyage du jeune Labiche en Italie, en Sicile et en Suisse, du 26 janvier au 15 août 1834, en double version : carnets de premier jet, et mise au net ornée de quelques dessins, dont un par Nadar, qui a servi aussi de copiste. Gilbert Sigaux en a publié quelques extraits (souvent inexacts) en 1968 dans les OC (t VIII, p. 356-362), avec ce commentaire : « Il ne s’agit pas d’une œuvre littéraire de qualité exceptionnelle […] Labiche n’avait pas dix-neuf ans lorsqu’il prit la plume ; si les lettres (et le théâtre en particulier […]) l’attirent, il n’est pas encore un écrivain. En étudiant consciencieux, il prend la plume chaque jour et note ce qu’il a fait et vu. Pas d’arrangements, pas de recherches d’expression ; une vue lyrique des paysages et des œuvres d’art, une vue souriante, critique, ironique, des êtres ; quelques gaillardises banales ou savoureuses, des croquis, des esquisses ». En 1988, Jean Lambert y a consacré un petit livre, où il donnait divers extraits, Labiche en Italie d’après ses carnets de route, 1834 (Librairie José Corti, Collection romantique n° 15, 1988) : « ce qui donne un grand charme à son récit, c’est la fraîcheur qu’il garde à travers ses aventures, la gentillesse de cœur, la gaieté […] celui qui parle, c’est l’homme, et mieux encore, le jeune homme qu’on vient de lâcher dans le monde, que tout amuse, un jeune homme à l’œil vif et au cœur frais – dans ce pays fabuleux qu’était l’Italie voilà cent cinquante ans ». Nadar, dans L’Hôtellerie des Coquecigrues [voir n° 138], a évoqué ces notes de voyage « remarquablement pittoresques et pleines d’observation », dont il fut en partie le copiste. Ce journal de voyage se présente sous deux versions différentes. Les 43 petits carnets de poche ont été tenus au jour le jour (« travail aux notes » le soir), au crayon, numérotés sur les couvertures de papier bleu-gris 1 à 43 ; quelques carnets sont confectionnés avec du papier bleuté. En outre, un carnet inédit de Notes prises sur les lieux donne des notes du 11 mars 1834 sur la « galerie des Medicis » à Florence : la Sainte Famille de Michel-Ange (tondo Doni), la Vénus couchée du Titien… ; Santa Maria Novella et ses mausolées ; à Rome, églises et fontaines, la Galerie Borghese, le Colisée, thermes de Dioclétien, etc. La mise au net, avec quelques variantes, intitulée Voyage en Italie, à l’encre brune et d’une écriture soignée, dans deux gros cahiers, a probablement été commencée par Labiche durant son voyage, et continuée après son retour à Paris ; Labiche pose la plume pendant la transcription de la journée du 19 avril 1834 (t. I, f° 118) ; la copie est continuée par le futur Nadar (la fin semble d’une autre main), avec quelques corrections autographes de Labiche. La page de titre du tome I, avec le titre calligraphié et la signature E. L. aquarellés, porte également ces inscriptions : « Journal de mon voyage 1834. Je suis parti le 26 janvier 1834 et reviendrai… Dieu sait quand ! » ; sur la garde, quatre petits croquis à la plume (église, tête de moine, deux des voyageurs, tête d’homme à casquette) ; à la fin, croquis à la plume d’un squelette, et dessin à la plume représentant Labiche devant une basilique, et deux croquis au crayon : tête d’homme de profil, et projet de titre-frontispice. Le tome II s’ouvre sur un titre-frontispice dessiné à la plume et lavis d’encre rouge-brun, signé en bas à droite Felix Tournachon [le futur Nadar], représentant trois voyageurs dont Labiche devant une basilique ; un feuillet de titre est aqu

Auktionsarchiv: Los-Nr. 31
Auktion:
Datum:
29.11.2016
Auktionshaus:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen