Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 90

COLIGNY-CHÂTILLON (Louise de)

Schätzpreis
10.000 € - 15.000 €
ca. 13.996 $ - 20.994 $
Zuschlagspreis:
22.000 €
ca. 30.792 $
Auktionsarchiv: Los-Nr. 90

COLIGNY-CHÂTILLON (Louise de)

Schätzpreis
10.000 € - 15.000 €
ca. 13.996 $ - 20.994 $
Zuschlagspreis:
22.000 €
ca. 30.792 $
Beschreibung:

"Lou". Lettre autographe, signée "ton petit Lou". "Ds le train Marseille (corrigé en) Toulon Lundi 2 h. 8 Février". [1915]; 2 pages in-fol. ou in-4 à l'encre et au crayon. Très importante lettre inédite d'un érotisme torride, digne des plus "chauds" passage des "Onze Mille Verges". Elle a été écrite alors que "Lou" allait rejoindre son autre amant "Toutou" à Baccarat. Elle est dans le train "Mon petit adoré chéri, vannée esquintée abrutie!... pas fermé l'oeil une seconde... j'étais dans un état pas cochon!!! et je vais tout à l'heure lire les vers du petit garçon que tu fouettes si bien... je fermerais les yeux... et ce sera la jouissance complète... comme deux fois cette nuit... je n'en peux plus!... Oh mon gui que j'ai besoin de toi, besoin de ton amour! besoin de tes caresses les plus douces et les plus enivrantes... besoin surtout de ta sévérité la plus sauvage!... Je t'aime à la folie et tu m'as toute dans ton coeur et dans ta chair... les deux ne font qu'un avec moi... Je n'ai jamais été aussi excitée! Oh mon Gui, si tu étais là... Je voudrais t'embrasser, te prendre, te boire... t'embrasser, te caresser de ma langue partout! partout... Toutes les cochonssetés... et tous les vices les ai tous dans le sang en ce moment. Gui mon Gui aime moi! Je veux tout le vice et toute la volupté. J'ai été un peu vicieuse cette nuit et pas très sage. Quoique je n'ai rien fait de mal et je crois que quand je t'aurai tout avoué dans l'oreille, tu me fouetteras très fort... Tu ne seras pas content... et tu me corrigeras jusqu'à ce que le sang paraisse sous les coups sévères que j'ai mérités... Je te vois me tenant sous ton bras pressant mon petit ventre dur, pour qu'en souffrant la volupté soit plus forte, que je jouisse à mourir sous la chlague... Je me sens presque à ce moment qui sera si douloureux mais où je t'aimerai à l'adoration... Tu m'obligeras à lever bien haut mon petit derrière en signe de soumission... et à bien écarter mes grosses fesses, pour que ton regard de maître plonge partout... et pour que le fouet me corrige partout et là surtout où je t'aurai désobéi en m'excitant comme tu me le défends... Tu seras très fâché et tu me corrigeras comme jamais encore je ne l'ai été quand je t'aurai tout dit... Mon petit derrière vicieux deviendra d'abord tout rouge... et déjà je demanderai grâce... mais tu serreras plus fort ton bras sous ma taille... ta chère voix se fera plus colère... et tu taperas plus fort encore... Mon petit derrière deviendra violet et bleu... Je crierai de douleur... Je te supplierai... N'en pouvant plus, je ferai des efforts désespérés pour me soustraire à la correction si dure, mais méritée... Mais tu es le plus fort. Tu me maintiendras de force dans la position soumise... Tes doigts entrant dans mon petit ventre qui se gonflera de volupté sous cette pression violente, mon petit derrière ne pourra plus fuir les terribles cinglades... J'aurai des soubressauts d'affreuse souffrance, mes grosses fesses meurtries s'ouvriront et se fermeront dans une volupté infinie... et tu les verras sans pitié... ta main descendra du ventre dur et gonflé et sentira la jouissance venant à flots... je crierai de volupté plus encore que de douleur tandis que tu me flagelleras de plus en plus fort... et que le sang viendra sous tes dernières cinglades... Alors tu seras satisfait! Tu jetteras le fouet vengeur... Tu m'étendras sur le ventre... infiniment vaincue... pantelante... Je me laisserai faire! n'ayant plus même la force de te supplier... tu écarteras mes fesses en sang... et tu y pénétreras profondément sans pitié... pendant que je m'évanouirai dans un dernier spasme... Mon Gui je vois toute cette scène... Je sais qu'il faudra que je la subisse - ...et je me sens soumise à toi à l'adoration. J'ai peur de l'affreuse douleur... et j'en ai besoin, ... et je suis grise de volupté à cette seule pensée... je n'ai jamais ressenti avec cette violence le vice de la flagellation que tu as développé chez moi à l'extrême... Avant d'être

Auktionsarchiv: Los-Nr. 90
Auktion:
Datum:
31.03.2011
Auktionshaus:
Hubert Brissonneau SVV
4 rue Drouot
75009 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 4246 0007
+33 (0)1 4223 3321
Beschreibung:

"Lou". Lettre autographe, signée "ton petit Lou". "Ds le train Marseille (corrigé en) Toulon Lundi 2 h. 8 Février". [1915]; 2 pages in-fol. ou in-4 à l'encre et au crayon. Très importante lettre inédite d'un érotisme torride, digne des plus "chauds" passage des "Onze Mille Verges". Elle a été écrite alors que "Lou" allait rejoindre son autre amant "Toutou" à Baccarat. Elle est dans le train "Mon petit adoré chéri, vannée esquintée abrutie!... pas fermé l'oeil une seconde... j'étais dans un état pas cochon!!! et je vais tout à l'heure lire les vers du petit garçon que tu fouettes si bien... je fermerais les yeux... et ce sera la jouissance complète... comme deux fois cette nuit... je n'en peux plus!... Oh mon gui que j'ai besoin de toi, besoin de ton amour! besoin de tes caresses les plus douces et les plus enivrantes... besoin surtout de ta sévérité la plus sauvage!... Je t'aime à la folie et tu m'as toute dans ton coeur et dans ta chair... les deux ne font qu'un avec moi... Je n'ai jamais été aussi excitée! Oh mon Gui, si tu étais là... Je voudrais t'embrasser, te prendre, te boire... t'embrasser, te caresser de ma langue partout! partout... Toutes les cochonssetés... et tous les vices les ai tous dans le sang en ce moment. Gui mon Gui aime moi! Je veux tout le vice et toute la volupté. J'ai été un peu vicieuse cette nuit et pas très sage. Quoique je n'ai rien fait de mal et je crois que quand je t'aurai tout avoué dans l'oreille, tu me fouetteras très fort... Tu ne seras pas content... et tu me corrigeras jusqu'à ce que le sang paraisse sous les coups sévères que j'ai mérités... Je te vois me tenant sous ton bras pressant mon petit ventre dur, pour qu'en souffrant la volupté soit plus forte, que je jouisse à mourir sous la chlague... Je me sens presque à ce moment qui sera si douloureux mais où je t'aimerai à l'adoration... Tu m'obligeras à lever bien haut mon petit derrière en signe de soumission... et à bien écarter mes grosses fesses, pour que ton regard de maître plonge partout... et pour que le fouet me corrige partout et là surtout où je t'aurai désobéi en m'excitant comme tu me le défends... Tu seras très fâché et tu me corrigeras comme jamais encore je ne l'ai été quand je t'aurai tout dit... Mon petit derrière vicieux deviendra d'abord tout rouge... et déjà je demanderai grâce... mais tu serreras plus fort ton bras sous ma taille... ta chère voix se fera plus colère... et tu taperas plus fort encore... Mon petit derrière deviendra violet et bleu... Je crierai de douleur... Je te supplierai... N'en pouvant plus, je ferai des efforts désespérés pour me soustraire à la correction si dure, mais méritée... Mais tu es le plus fort. Tu me maintiendras de force dans la position soumise... Tes doigts entrant dans mon petit ventre qui se gonflera de volupté sous cette pression violente, mon petit derrière ne pourra plus fuir les terribles cinglades... J'aurai des soubressauts d'affreuse souffrance, mes grosses fesses meurtries s'ouvriront et se fermeront dans une volupté infinie... et tu les verras sans pitié... ta main descendra du ventre dur et gonflé et sentira la jouissance venant à flots... je crierai de volupté plus encore que de douleur tandis que tu me flagelleras de plus en plus fort... et que le sang viendra sous tes dernières cinglades... Alors tu seras satisfait! Tu jetteras le fouet vengeur... Tu m'étendras sur le ventre... infiniment vaincue... pantelante... Je me laisserai faire! n'ayant plus même la force de te supplier... tu écarteras mes fesses en sang... et tu y pénétreras profondément sans pitié... pendant que je m'évanouirai dans un dernier spasme... Mon Gui je vois toute cette scène... Je sais qu'il faudra que je la subisse - ...et je me sens soumise à toi à l'adoration. J'ai peur de l'affreuse douleur... et j'en ai besoin, ... et je suis grise de volupté à cette seule pensée... je n'ai jamais ressenti avec cette violence le vice de la flagellation que tu as développé chez moi à l'extrême... Avant d'être

Auktionsarchiv: Los-Nr. 90
Auktion:
Datum:
31.03.2011
Auktionshaus:
Hubert Brissonneau SVV
4 rue Drouot
75009 Paris
Frankreich
[email protected]
+33 (0)1 4246 0007
+33 (0)1 4223 3321
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen