Premium-Seiten ohne Registrierung:

Auktionsarchiv: Los-Nr. 128

[BERLIOZ (Hector)]. VIGNY. Lettre autographe signée à Hector Berlioz, datée 20 avril 1861. 3 pages in-8.

Schätzpreis:
800 € - 1.500 €
ca. 911 $ - 1.708 $
Zuschlagspreis:
n. a.
Auktionsarchiv: Los-Nr. 128

[BERLIOZ (Hector)]. VIGNY. Lettre autographe signée à Hector Berlioz, datée 20 avril 1861. 3 pages in-8.

Schätzpreis:
800 € - 1.500 €
ca. 911 $ - 1.708 $
Zuschlagspreis:
n. a.
Beschreibung:

[BERLIOZ, HECTOR] — ALFRED DE VIGNY LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À HECTOR BERLIOZ, DATÉE 20 AVRIL 1861. 3 pages in-8 (207 x 132 mm), sous chemise demi-maroquin noir moderne. MAGNIFIQUE ET IMPORTANTE LETTRE SUR LES TROYENS, ENTIÈREMENT INÉDITE, RÉUNISSANT DEUX DES PLUS GRANDS NOMS DU ROMANTISME. C’est en septembre 1833 que Berlioz et Vigny se lient d’amitié. En mai 1834, Berlioz écrit à Liszt : “de Vigny viendra-t-il ? Il a quelque chose de doux et d’affectueux dans l’esprit qui me charme toujours, mais qui me serait nécessaire aujourd’hui”. Berlioz et Vigny avaient eu un projet de collaboration qui ne vit jamais le jour.Les Troyens seront représentés pour la première fois en 1863, sans succès. Berlioz, auteur de la musique et des textes, invite Vigny à une lecture privée de son livret. Hélas, Vigny ne peut accepter cette gracieuse invitation reçue le matin même : je n’ai pas le temps d’ajourner moi-même, quelques personnes invitées chez moi pour ce soir depuis huit jours. Il ajoute ces lignes étonnantes : La première fois que je composerai la musique d’un Opéra soyez bien sûr que je m’enfermerai avec vous un matin pour en deviser à loisir, considérant que le Duo en toute chose est la perfection même pour l’échange des idées et des sentiments. Lorsqu’il se trouve trois personnes réunies, je trouve l’assemblée trop tumultueuse. Mais, j’aurais bien aimé entendre parler vos Troyens en beaux vers avant le soir où ils passeront en belle musique. Mais il était écrit que cela ne me serait pas donné encore comme consolation de bien des ennuis.Traces de pliures. [On joint :][BERLIOZ (Hector)]. ERNST (Heinrich Wilhelm . Lettre autographe signée à Hector Berlioz, avec portées de musique autographes, signée du monogramme hwe, datée mercredi 24 m. 1846, 3 pages in-12 (202 x 131 mm), sous chemise demi-maroquin rouge moderne. AMUSANTE LETTRE DANS LAQUELLE LE VIOLONISTE ALTERNE PORTÉES ET ÉNIGMATIQUES JEUX DE MOTS. Avec esprit le violoniste virtuose Heinrich Wilhelm Ernst (1812-1865) s’excuse pour le papier à lettre sur lequel il est contraint de lui écrire : il est de si mauvais goût que je ne serais pas fâché de l'user. Surtout ne cherchez aucune allusion dans la vignette qui se trouve en tête ; c'est le sort qui en a décidé ainsi [...] Puis il fait des calembours, qu'il souligne de musique autographe : je me trouve aussi dans la triste nécessité de vous demander pardon qu'il vous ait attiré tant de maux [portée] ! Vous aussi grand poëte, vous comprendrez que je me sois laissé entraîner par un sujet aussi séduisant et vous m'accorderez - mon violon, ce qui me ferait d'autant plus de plaisir que par-don [portée] je l'ai [portée]. Je suis prêt à vous donner l'explication de cet admirable calembourg [sic] quand vous voudrez. Il en vient enfin à l'objet même de sa lettre. Ne pouvant se rendre au dîner chez Haberbier, le pianiste, il prie Berlioz de bien vouloir lui transmettre ses excuses. Il termine avec enjouement : Tout à vous — c'est-à-dire à moitié puisque je suis aussi tout à Madame Berlioz. En post-scriptum, il s'explique sur sa signature abrégée : Je n'écris pas mon nom en entier, de peur que cette lettre ne tombe dans les mains de quelqu'un assez bête, pour la prendre pour bête. À côté se trouve, indiquée de manière mystérieuse, la date : Mercredi 12 /24 m. 923/1846. Après qu’Ernst ait joué Harold en Italie de Berlioz à plusieurs reprises sous la direction du compositeur, les deux musiciens gardèrent d’étroites relations. Berlioz, Correspondance générale, éd. P. Citron, t. IX. Déchirure à la pliure centrale renforcée, léger manque de papier avec infime atteinte à une lettre.Condition ReportTraces de pliuresTraces of folds. Lettre jointe de Ernst à Berlioz : Déchirure à la pliure centrale renforcée, léger manque de papier avec infime atteinte à une lettre.Tear at the reinforced central fold, slight lack of paper with minimal damage to a letter. Please note: Condition XVI of the Conditions of Business for Buyers (Online Only) is not applicabl

Auktionsarchiv: Los-Nr. 128
Auktion:
Datum:
11.06.2020 - 17.06.2020
Auktionshaus:
Sotheby's
Paris
Beschreibung:

[BERLIOZ, HECTOR] — ALFRED DE VIGNY LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À HECTOR BERLIOZ, DATÉE 20 AVRIL 1861. 3 pages in-8 (207 x 132 mm), sous chemise demi-maroquin noir moderne. MAGNIFIQUE ET IMPORTANTE LETTRE SUR LES TROYENS, ENTIÈREMENT INÉDITE, RÉUNISSANT DEUX DES PLUS GRANDS NOMS DU ROMANTISME. C’est en septembre 1833 que Berlioz et Vigny se lient d’amitié. En mai 1834, Berlioz écrit à Liszt : “de Vigny viendra-t-il ? Il a quelque chose de doux et d’affectueux dans l’esprit qui me charme toujours, mais qui me serait nécessaire aujourd’hui”. Berlioz et Vigny avaient eu un projet de collaboration qui ne vit jamais le jour.Les Troyens seront représentés pour la première fois en 1863, sans succès. Berlioz, auteur de la musique et des textes, invite Vigny à une lecture privée de son livret. Hélas, Vigny ne peut accepter cette gracieuse invitation reçue le matin même : je n’ai pas le temps d’ajourner moi-même, quelques personnes invitées chez moi pour ce soir depuis huit jours. Il ajoute ces lignes étonnantes : La première fois que je composerai la musique d’un Opéra soyez bien sûr que je m’enfermerai avec vous un matin pour en deviser à loisir, considérant que le Duo en toute chose est la perfection même pour l’échange des idées et des sentiments. Lorsqu’il se trouve trois personnes réunies, je trouve l’assemblée trop tumultueuse. Mais, j’aurais bien aimé entendre parler vos Troyens en beaux vers avant le soir où ils passeront en belle musique. Mais il était écrit que cela ne me serait pas donné encore comme consolation de bien des ennuis.Traces de pliures. [On joint :][BERLIOZ (Hector)]. ERNST (Heinrich Wilhelm . Lettre autographe signée à Hector Berlioz, avec portées de musique autographes, signée du monogramme hwe, datée mercredi 24 m. 1846, 3 pages in-12 (202 x 131 mm), sous chemise demi-maroquin rouge moderne. AMUSANTE LETTRE DANS LAQUELLE LE VIOLONISTE ALTERNE PORTÉES ET ÉNIGMATIQUES JEUX DE MOTS. Avec esprit le violoniste virtuose Heinrich Wilhelm Ernst (1812-1865) s’excuse pour le papier à lettre sur lequel il est contraint de lui écrire : il est de si mauvais goût que je ne serais pas fâché de l'user. Surtout ne cherchez aucune allusion dans la vignette qui se trouve en tête ; c'est le sort qui en a décidé ainsi [...] Puis il fait des calembours, qu'il souligne de musique autographe : je me trouve aussi dans la triste nécessité de vous demander pardon qu'il vous ait attiré tant de maux [portée] ! Vous aussi grand poëte, vous comprendrez que je me sois laissé entraîner par un sujet aussi séduisant et vous m'accorderez - mon violon, ce qui me ferait d'autant plus de plaisir que par-don [portée] je l'ai [portée]. Je suis prêt à vous donner l'explication de cet admirable calembourg [sic] quand vous voudrez. Il en vient enfin à l'objet même de sa lettre. Ne pouvant se rendre au dîner chez Haberbier, le pianiste, il prie Berlioz de bien vouloir lui transmettre ses excuses. Il termine avec enjouement : Tout à vous — c'est-à-dire à moitié puisque je suis aussi tout à Madame Berlioz. En post-scriptum, il s'explique sur sa signature abrégée : Je n'écris pas mon nom en entier, de peur que cette lettre ne tombe dans les mains de quelqu'un assez bête, pour la prendre pour bête. À côté se trouve, indiquée de manière mystérieuse, la date : Mercredi 12 /24 m. 923/1846. Après qu’Ernst ait joué Harold en Italie de Berlioz à plusieurs reprises sous la direction du compositeur, les deux musiciens gardèrent d’étroites relations. Berlioz, Correspondance générale, éd. P. Citron, t. IX. Déchirure à la pliure centrale renforcée, léger manque de papier avec infime atteinte à une lettre.Condition ReportTraces de pliuresTraces of folds. Lettre jointe de Ernst à Berlioz : Déchirure à la pliure centrale renforcée, léger manque de papier avec infime atteinte à une lettre.Tear at the reinforced central fold, slight lack of paper with minimal damage to a letter. Please note: Condition XVI of the Conditions of Business for Buyers (Online Only) is not applicabl

Auktionsarchiv: Los-Nr. 128
Auktion:
Datum:
11.06.2020 - 17.06.2020
Auktionshaus:
Sotheby's
Paris
LotSearch ausprobieren

Testen Sie LotSearch und seine Premium-Features 7 Tage - ohne Kosten!

  • Auktionssuche und Bieten
  • Preisdatenbank und Analysen
  • Individuelle automatische Suchaufträge
Jetzt einen Suchauftrag anlegen!

Lassen Sie sich automatisch über neue Objekte in kommenden Auktionen benachrichtigen.

Suchauftrag anlegen